CONFESSION

« Il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de conversion. » ( Luc 15.7)

La confession en un mot :

C’est recevoir le pardon de Dieu au travers du sacrement de la confession !

Par amour pour les hommes, Dieu a toujours voulu nous rencontrer dans ce que nous sommes, dans notre humanité. C’est pourquoi il a envoyé son fils pour offrir son pardon au monde entier. Ce pardon, Jésus l’a toujours offert dans la rencontre personnelle et le dialogue. Celle-ci se perpétue actuellement au travers de la personne du prêtre représentant direct de Jésus et c’est au nom de Dieu, le Père, le Fils et le Saint-Esprit que le prêtre pardonne les péchés.

Comment vivre une belle confession ?

Pour vivre une belle confession, il faut s’y préparer ! Le Pape François nous invite à réaliser un examen de conscience avant de recevoir ce sacrement. La prière dans une église, une chapelle, un oratoire ou un lieu retiré, favorise également ce temps de préparation.

Examen de conscience (Pape François) :
  • Est-ce que je me tourne vers Dieu que quand j’ai besoin de lui ?
  • Est-ce que je vais à la messe le dimanche et pour les grandes fêtes (solennités) ?
  • Est-ce que je commence ma journée par une prière ?
  • Est-ce que j’ai honte de montrer que je suis chrétien ?
  • Est-ce que je me révolte parfois contre la volonté de Dieu ?
  • Est-ce que je suis jaloux, colérique ou partial ?
  • Est-ce que je suis honnête et juste avec les autres, ou est-ce que j’alimente la « culture du déchet » ?
  • Dans mon couple et ma famille, est-ce que j’applique l’enseignement des évangiles ?
  • Est-ce que j’honore et respecte mes parents ?
  • Est-ce que j’ai rejeté la vie à naître ? Ai-je écarté le don de la vie ? Ai-je aidé quelqu’un à le faire ?
  • Est-ce que je respecte l’environnement ?
  • Est-ce que je suis tantôt mondain, tantôt croyant ?
  • Est-ce que j’abuse de la nourriture, de l’alcool, de la cigarette ou d’autres divertissements ?
  • Ne suis-je pas trop préoccupé par mon bien-être physique et les biens que je possède ?
  • Comment est-ce que j’utilise mon temps ? Suis-je paresseux ?
  • Est-ce que je cherche à être servi ?
  • Est-ce que j’ai des désirs de revanche ? Est-ce que je garde des rancunes ?
  • Suis-je doux, humble et bâtisseur de paix ?

Pratiquement

L’Accueil :

Le prêtre accueille la personne qui désire se confesser. Le pénitent peut commencer par un signe de croix.

Le Sacrement :

  • Ouverture :

Le pénitent peut commencer par un signe de croix

Le prêtre invite le pénitent à se confesser : Ex : Que le Seigneur soit avec vous, pour que, d’un cœur contrit, vous confessiez vos péchés

  • Aveu :

Le pénitent, après la lecture d’un passage de l’évangile, avoue ses fautes, en commençant par les plus importantes.

Le prêtre offre quelques conseils aux pénitents pour avancer dans sa vie de foi et donne une pénitence qui soit réalisable.

  • Acte de contrition :

Le pénitent dit son acte de contrition dont voici un exemple : Seigneur Jésus, Fils de Dieu, aie pitié de moi pauvre pécheur !

  • Absolution :

             Le Prêtre dit la prière suivante : Que Dieu notre Père vous montre sa miséricorde ; par la mort et la résurrection de son Fils, il a réconcilié le monde avec lui et il a envoyé l’Esprit Saint pour la rémission des péchés : par le ministère de l’Église, qu’il vous donne le pardon et la paix. Et moi, au non du Père et du Fils et du Saint-Esprit, je vous pardonne tous vos péchés.

  • Le pénitent répond : Amen
  • Le prêtre : Que la Passion de Jésus-Christ, notre Seigneur, l’intercession de la Vierge Marie et de tous les saints, tout ce que vous ferez de bon et de supporterez de pénible contribue au pardon de vos péchés, augmente en vous la grâce pour que vous viviez avec Dieu, allez en paix.

Note théologique:

Pourquoi se confesser ?

Car Jésus-Christ nous invite à nous convertir. Cette conversion est un travail continu et permanent, qui consiste à s’ajuster à la volonté de Dieu le Père. Or, bien souvent, il nous arrive de ne pas répondre à l’appel de Dieu et de l’offenser. Contrit par nos péchés, nous sommes désireux de recevoir de Dieu son pardon. De surcroît, toute offense faite à Dieu porte également atteinte au peuple de Dieu et vice-versa.

Qui peut pardonner les péchés ?

Seul Dieu pardonne les péchés. Seule l’offensé peut offrit son pardon à celui qui le demande. Toutefois, Jésus-Christ, Fils de Dieu, de par sa nature divine possède également ce pouvoir.

La miséricorde et l’amour de Dieu sont sans limites

Jésus-Christ médecin de nos âmes et de nos corps, Lui qui a remis les péchés au paralytique et lui a rendu la santé du corps, a voulu que son église continue, dans la force de l’Esprit Saint, son œuvre de guérison et de salut même auprès de ses propres membres.

Le Christ qui nous a pardonné sur la croix continue de nous offrir son pardon dans le sacrement de pénitence, et en tout moment nous avons « comme avocat auprès du Père, Jésus-Christ, le Juste ».

Pourquoi se confesser à un prêtre :

La raison est triple.

  • Dieu dans sa grande miséricorde et son amour fou pour l’homme a toujours voulu lui offrir ses plus grands dons de manière accessible en le rejoignant dans son humanité. C’est pourquoi Jésus-Christ, s’est incarné et qu’il a conféré aux ministres ordonnés (évêques et prêtres) de célébrer le sacrement de réconciliation afin qu’au travers de celui-ci son incarnation se perpétue tout au long des âges. En effet, lorsque le confessant avoue ses fautes au prêtre, c’est à la personne même de Jésus qu’il se confesse, car le prêtre est son représentant direct.
  • Les fidèles qui confessent leurs péchés à un ministre légitime, en ont la contrition et forment le propos de s’amender.
  • Par le sacrement et l’absolution conférée par le prêtre, le pénitent reçoit le pardon assuré de ses péchés.

Les effets du sacrement :

En recevant l’absolution, le confessant est rétabli dans la pleine dignité d’enfant de Dieu qu’il avait perdu ou altéré par ses fautes. Rétabli dans sa dignité, il bénéficie à nouveau des dons de l’Esprit Saint dont le plus grand est l’amitié avec Jésus-Christ. Parfois, cette réconciliation peut porter des fruits visibles : une joie intense et manifeste, une grande paix intérieure.

Condition de validité du sacrement :

La validité du sacrement, le fait de recevoir le pardon de Dieu dépend à la fois du confesseur et du confessant. Dans le chef de ce dernier, il doit accomplir trois actes : la contrition, l’aveu, la satisfaction.

  • La contrition, c’est le fait d’éprouver regret et tristesse pour les offenses réalisées à l’encontre de Dieu.
  • L’aveu, c’est le fait de s’accuser de ses fautes devant le prêtre au moment de la confession.
  • La satisfaction est la réalisation de la pénitence demandée par le prêtre pour que le pénitent répare ses fautes : rendre un objet volé, demander pardon pour un mensonge, etc.

Le prêtre est également tenu de poser un jugement miséricordieux avant de donner l’absolution. Celui-ci est double : déceler dans l’aveu la contrition du pénitent, mais aussi évaluer la gravité de la faute afin d’aider le pénitent à progresser dans sa foi. Par ailleurs, il doit avoir reçu de l’évêque le pouvoir de juridiction.

Fondement scripturaire du sacrement

Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. Je te donnerai les clés du royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. » (Mt 16,18-19 )

Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » (Jn 20, 20-23 )

Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »